Telecharger Ebook Gratuit La décennie

La décennie

Telecharger Ebook Gratuit La décennie

La décennie Commentaires clients:

Commentaires clients

Commentaires clients les plus utiles

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile.
3une décennie décimée !
Par Cramélas
Les années 1980, ce n’étaient pas seulement des coupes de cheveux ridicules ou des vêtements fluos. Ce fut aussi, sous couvert d’un socialisme qui voulait “changer la vie”, l’instauration sournoise en France d’un capitalisme économique arrogant et impitoyable, maquillé en “branchitude”. Tout en étant d’accord avec le réquisitoire anti-capitaliste présenté par ce livre, il faut reconnaître que François Cusset écrit certaines approximations et erreurs: confondre les Bugles et les Bee-Gees relève certes de l’anecdotique, mais on peut craindre que pour des domaines plus sérieux comme la philiosophie ou la sociologie, Cusset ait également commis des erreurs (notez que j’ai lu la première édition grand format, pas cette édition de poche qui a peut-être été revue et corrigée). Ce qui m’a également agacé, c’est sa façon de s’en prendre aux “Républicains” qui ont lutté contre l’établissement du communautarisme en France à partir des années 1980. Les seuls que Cusset semble épargner sont les militants d’extrême-gauche communautaristes (qui ne sont peut-être que les idiots utiles de la droite libérale), dont Cusset encense les activités des années 1990 ! On a les héros qu’on peut… En attendant, nous sommes en 2012, et nous ne voyons toujours pas d’issue à une “crise” qui dure depuis près de quarante ans, sinon que la France continue à péricliter un peu plus chaque jour.

11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile.
4Le grand cauchemar
Par Guilll
Que les années 1980, les années fric, avaient été un long cauchemar sociétal, culturel, idéologique et même artistique, on le savait. Grâce à ce livre magistral et très documenté, on sait désormais également pourquoi.François Cusset y décrit le drame d’une société en pleine contre-révolution post-68, qui glisse lentement mais sûrement vers la droite, voire l’extrême droite (c’est notamment l’époque de l’ascension de Le Pen et de l’idée désastreuse et fausse qui veut qu’il existe en France un “problème” de l’immigration). Il démonte l’évolution des idéaux des années 1960 transformés en slogans publicitaires vides de sens, de l’entreprise et du “faiseur de fric” édifiés en nouveaux modèles pour tous, des chaînes de télé privatisées devenues un extraordinaire outil de propagande au service des industriels, de la publicité comme vision du monde … Et là dessus, les “nouveaux philosophes” (qui ne sont ni l’un ni l’autre) prêchant la fin de la “pensée 68” et proposant ni plus ni moins que de faire l’impasse sur deux siècles d’évolution philosophique, de ressusciter un paradis perdu illusoire, où la culture de masse n’avait pas encore “sali” les belles idées des philosophes des Lumières (ou du moins l’idée qu’ils s’en font), et surtout où chacun restait à sa place.Ce livre est passionnant, car cette époque de grand renoncement porte en germe la nôtre, est la source directe des catastrophes des années 2000, de ce tissus d’idées toutes faites à partir desquelles se construit toute la pensée actuelle, et que plus personne ou presque n’ose remettre en question. Il est utile car il appelle à remuer cette pensée unique déguisée en “fin des idéologies” et à créer des alternatives à ce cauchemar qui est toujours le nôtre.Un bémol toutefois : si ce livre est tout à fait passionnant et plutôt bien écrit de surcroit, il est également très dense, et pourra décourager le lecteur non habitué à ce genre d’essais. Ce n’est pas le genre de livre qui se lit à la légère, mais le jeu en vaut la chandelle pour qui veut comprendre notre époque – et combattre ses dérives.

13 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile.
4Un ouvrage problématique
Par Antoine Krieger
Ce livre me pose problème dans la mesure où l’auteur cherche à régler ses comptes personnels avec une période qu’il déteste (le livre est une longue justification de la haine vouée par l’auteur aux années 1980) d’une manière objective. On ne peut que lui donner raison quand il dénonce l’hégémonie de la publicité (qui finit même par influencer l’expression politique), la médiocrité des nouveaux philosophes (qui auraient, selon Cusset, tenté de faire passer le dogmatisme, l’anti-racisme, le politiquement correct, l’anti-totalitarisme pour de la philosophie) ou du cinéma français de l’époque (chic et toc de Besson ou Beineix). Ce côté chic et toc de ses années se retrouve également dans la vulgarisation scientifique à outrances (voir les émissions des frères Bogdanoff). Cependant, si l’on doit reconnaitre de grandes qualités à ce livre (on ne peut discuter son sérieux et sa documentation), il posséde aussi des travers agaçants. Par exemple, l’auteur commet parfois des fautes factuelles. Par exemple, il se réfère à une émission de Patrick Sébastien mais parle de Sabatier. Ensuite, il dénonce la redécouverte de Toqueville et l’hégémonie idéologique du libéralisme (de droite comme de gauche) pendant cette décennie. Cette dénonciation systématique du libéralisme ne tourne-t-elle pas à la purge stalinienne? N’était-il pas temps, dans un pays où les staliniens ont longtemps tenu le haut du pavé(voir les justifications et dénégations abjectes de Sartre concernant le goulag dans les années 1940) qu’une philosophie de liberté(Aron) soit redécouverte?Il dénonce l’intrusion de l’Etat sur le corps des citoyens (campagnes de prévention anti-tabac, prévention contre le SIDA) dans la lignée de Foucault. Si l’Etat français n’avait pas réagi, Cusset ne l’aurait-il pas accusé d’irresponsabilité?En bref, si Cusset remet les pendules à l’heure (il était temps qu’on rappelle, par exemple, que la majorité des adhérents à SOS Racisme furent des intellos parisiens de gauche bien-pensante et que l’action de cette asso ne fut au début que de la poudre aux yeux), il fait preuve d’un systématisme qui finit par agacer (il parle de l’islamophobie de la société française d’une manière très simpliste et… politiquement correcte). Enfin, j’aimerais savoir où Cusset a trouvé l’idée selon laquelle Raymond Aron aurait été en faveur d’une association de la droite classique et de l’extrême-droite pour contrer la gauche…

Voir tous les 5 commentaires clients…

Telecharger Ebook Gratuit La décennie | Ebook | 4.5

Leave a Reply