Telecharger Ebook Gratuit La double mort du roi Louis XIII

La double mort du roi Louis XIII

Telecharger Ebook Gratuit La double mort du roi Louis XIII

La double mort du roi Louis XIII Commentaires clients:

Commentaires clients

Commentaires clients les plus utiles

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile.
5L’agonie d’un roi exemplaire
Par Semper Victor
Déjà biographe émérite de Richelieu, Françoise Hildesheimer s’appuie sur son exceptionnel connaissance de la période pour s’intéresser plus spécifiquement ici à la courte période qui va de la mort de Richelieu à celle de Louis XIII. Son objectif est clairement défini : « Contrairement à une légende tenace, Richelieu s’est révélé non pas le maître du roi, mais sa créature dévouée, toujours menacée de disgrâce. C’est bien Louis qui décidait de la politique inspirée et mise en ouvre par le principal ministre (‘). Comment faire disparaître l’omniprésent Richelieu pour accéder au roi, son maître ? (‘) Et la solution était simple : s’immerger dans les six mois qui séparent la mort du cardinal, le 4 décembre 1642, de celle du roi, le 14 mai 1643. Six mois qui constitue un quasi-vide historiographique » (page 11).Le livre fait une grande place au rapport des hommes du XVIIe siècle avec la mort et ses conséquences : « En matière de santé et de vie, les hommes du XVIIe siècle disposaient d’aucune assurance et vivaient dans une quotidienne et inéluctable familiarité avec la mort ; dès lors, ils misaient assurément davantage sur la Providence que sur la médecine. N’oublions pas que le roi et ses contemporains, s’ils sont désormais des personnages de papier reconstitués par les historiens, furent des être de chair, mais aussi de foi, puisque faute de recours médical efficace, tout était finalement dans la main de Dieu » (page 79).L’enjeu de la période c’est le dernier combat du roi Louis XIII pour organiser la régence après sa mort qu’il devine de plus en plus proche : « Ce qui est exceptionnel en ce mois d’avril 1643, c’est la volonté du roi de fixer de manière intangible la composition du ce Conseil de régence et de soumettre toute décision importante à l’aval de la majorité de ses membres. En apparence, c’est un recul de l’absolutisme, le retour à une tradition de gouvernement collectif qui met fin à la domination d’un seul. Mais en réalité, ce système collégial verrouillé est une initiative révolutionnaire, puisqu’il consacre la soumission des princes aux ministres, aux professionnels de la politique ; autrement dit, il oblige le sang à s’incliner devant la compétence » (page 174).Comme le titre d’un chapitre l’explique, l’autre préoccupation de Louis XIII est de bien mourir pour vivre éternellement : « Affranchi des intrigues, le roi de gloire peut désormais céder la place au simple chrétien ; l’homme Louis peut enfin jeter le masque que sa naissance lui a imposé et, au soir de sa vie, révéler sa vérité. Il n’a plus qu’un rôle à jouer, le meilleur et le plus authentique : se réconcilier avec les hommes et se préparer à comparaître devant Dieu. (‘) On sait qu’un roi à le privilège de mourir deux fois, comme roi d’abord, puis comme individu ; et, même dans cette seconde mort de particulier, il lui faut échapper à l’aune commune ; comme simple chrétien, il se doit encore d’être extra-ordinaire » (page 195-196).Dans ses derniers jours, le roi parvient à rallier la reine à ses vues et à préparer la régence sous la forme de l’union entre Anne d’Autriche et Mazarin, scellée autour de la personne du petit roi (le fils de la première et le filleul du second). On découvre dans cette dernière œuvre politique la grandeur trop souvent oubliée de Louis XIII : « Etre roi de France, qui peut aujourd’hui comprendre ce qui fit le drame et la grandeur d’une homme simple et pieux transmué en roi par la grâce de Dieu ? Qui aujourd’hui pourrait percevoir, même un instant, le poids de cet infini surmoi ? Et pourtant il y a là une clé de lecture et la personnalité du roi et de la période : l’emprise religieuse et cléricale constitue assurément une des leçons que nous pouvons tirer du règne du très chrétien Louis XIII. On a vu Mazarin et le père Dinet présider aux derniers instants de celui qui se voulait fils exemplaire de l’Eglise catholique. Quant à Richelieu, aurait-il tenu le pouvoir, aurait-il exercé le même ascendant sur Louis XIII, s’il n’avait été prélat ? » (page 294).Le semestre en question dans le livre s’est finalement déroulé sans aucune violence grave et a été consacré au problème crucial de la régence et à la transmission sans incident de la couronne à son héritier légitime et à la politique visant à affirmer son pouvoir. L’auteur peut conclure que « le plan de Louis XIII a réussi, mais avec son fils, la perspective est renversée : tout à trac, Louis XIV met l’Etat au service de sa gloire personnelle, là où son père, assisté de Richelieu se disait « obligé » de son état » (page 302). Un très beau livre, au texte aussi précis dans ses explications et leur documentation (voir les très riches annexes) que touchant de par sa proximité avec le sujet, notamment le quotidien de la longue agonie du roi.

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile.
5Louis XIII comme on ne l’a jamais connu
Par Mme Micheline Vaudenay
très agréable à lire. Louis XIII méconnu, inconnu même. Période très courte mais qui donne envie de revenir en arrière et de se documenter sur toute sa vie et celle de Richelieu.

Voir tous les 2 commentaires clients…

Telecharger Ebook Gratuit La double mort du roi Louis XIII | Ebook | 4.5

Leave a Reply