Telecharger Ebook Gratuit La France à quitte ou double

La France à quitte ou double

Telecharger Ebook Gratuit La France à quitte ou double

La France à quitte ou double Commentaires clients:

Commentaires clients

Commentaires clients les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile.
3Le singulier rejeton d’un Zemmour et d’une Merkel
Par Emerek
D’un côté, on lira la critique d’une immigration excessive, d’un islam qui serait difficilement soluble dans la république, des effets pervers d’un certain antiracisme, des dangers du communautarisme… Critique aussi de ceux qui critiquent la légitimité d’une identité française, ceux pour qui « la France n’est plus un contenu, rien qu’un contenant » (p. 164). À l’évidence, pour De Closets, le FN pose de bonnes questions et justement parce que les réponses qu’il apporte ne sont pas (toujours) les bonnes, il ne faut pas lui laisser l’apanage de ces questions. Dans la première partie du livre, on dirait parfois du Finkielkraut – sans la densité philosophique – ou du Zemmour, sans la flamboyance corrosive, mais sans, non plus, les dérapages contre-productifs, (notamment les regrettables excursions en terres pétainistes de ce dernier…). Le journaliste, désormais octogénaire, a – c’est sûr – conservé toute sa verve et sa plume productrice de belles et bonnes formules (« dans un pays où la réalité n’a pas droit de cité, toute vérité d’évidence peut créer l’événement » – p. 109).Mais d’un autre côté, sur le terrain économique, on retrouve ce même journaliste, vitupérant contre la facilité, la vie à crédit et les prébendes. On retrouve ses cibles habituelles : le syndicalisme – qu’il appelle « syndicratie » (p. 189) – ; ses cibles, que dis-je, ses obsessions de toute une vie : « Si longtemps que nous n’aurons pas brisé l’oligopole bureaucratique, syndical, administratif qui étouffe l’économie française, celle-ci restera sous-compétitive et languissante » (p. 260). Pauvre France ! Que n’a-t-elle eu la bonne inspiration de se faire allemande ! Ah le « pragmatisme germanique » (p. 238), « l’Allemagne qui [a] vaincu le chômage par la rigueur et non par le laxisme » (p. 246) : voilà un bel exemple que la France devrait s’employer à imiter ! Merkel à Élysée !Dès lors, conservateur sur le plan sociétal et libéral sur le plan économique, François de Closets pourrait se voir taxer d’homme de droite et même doublement de droite. Mais le journaliste n’a cure des étiquettes, surtout des étiquettes politiciennes qu’il estime dépassées. Sur ce point d’ailleurs, on lui donne volontiers raison, quand on assiste au spectacle de la gauche et de la droite, aux politiques économiques bien proches, mais cherchant par tous les moyens à s’opposer sur des clivages symboliques (mariage homo, sécurité…).Peu importe l’étiquette donc. Ce qui me paraît plus gênant dans le livre, c’est ce curieux paradoxe qui voudrait que l’on s’inquiète d’une dépossession de la Nation par l’immigration massive et le communautarisme, mais trouve naturel de soumettre l’économie de ce même pays aux marchés internationaux. Le règne du capitalisme mondial paraît aller de soi, tandis que « le retour au protectionnisme national [est] tout simplement une stupidité » (p. 209), (sauf qu’il est abondamment pratiqué par les États-Unis, le Japon, la Chine, la Russie, la Corée du Sud et bien d’autres). La politique économique de l’Union Européenne n’est jamais contestée par l’auteur, tandis que l’incurie du pays revient telle une antienne. De Closets n’est pas alors à une contradiction près, lui qui loue « notre fameux modèle social (…) national » (p. 158), et cent pages plus loin, exhorte aux « mesures chocs comme la suppression des 35 heures, des seuils sociaux, le blocage des salaires… » (p. 258). Il ne voit pas d’autre issue que de se couler dans le moule du libéralisme européen. La monnaie unique est un échec manifeste, mais c’est l’éventuel retour au franc que de Closets fustige ; il est attentif à la concurrence du sans-papier, mais passe sous silence le phénomène européen des « salariés détachés » dont le nombre, en France, a été multiplié par 20 entre 2000 et 2010. Refuser la dissolution de la France « par le bas », mais s’accommoder de la fin de sa souveraineté « par le haut » : belle incohérence dont l’auteur ne paraît pas se rendre compte.Est-ce à dire alors que la seule issue serait de s’en remettre au FN, bien plus cohérent sur ce sujet ? Certainement pas. Et l’auteur a raison d’attaquer les aspects démagogiques du programme de ce parti : retour de la retraite à 60 ans, hausse immédiate de près de 20% du SMIC, augmentation des prestations sociales, etc., sans parler de la très discutable priorité nationale pour l’emploi et le logement. Mais sur le terrain économique, comme sur les autres, ce n’est pas parce que ce parti a décidé d’épingler quantité de sujets qui fâchent qu’il faille préférer en détourner le regard.

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile.
3Un constat efficace, mais pas de propositions
Par crew.koos
A quelques jours des élections départementales, François de Closets publie “La France à quitte ou double”, ou le choix cornélien auquel vont se trouver confrontés nombre d’électeurs, entre tentation de sanctionner la classe politique classique par un vote FN ou continuer avec ces équipes qui font chaque jour un peu plus montre de leur incompétence.Quiconque cherche aujourd’hui à comprendre comment on en est arrivé à ce que des militants ouvriers de gauche se tournent vers le FN, comment le FN est devenu le parti des pauvres dans un pays qui a fait le choix des inégalités, voilà sans doute un livre qui apporte de nombreuses réponses, en montrant, par exemple, une gauche réduite à un groupe d’idéologues antiracistes cyniques et aveugles, pour lesquels seules les minorités homosexuelles ou ethniques étaient intéressantes.La droite n’est pas non plus vraiment épargnée, son jeu du chat et de la souris avec le FN ayant grandement aidé ce dernier à rendre acceptable ses points de vue. Le véritable tournant est sans doute l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti, rompant, en apparence, avec les idéaux d’une extrême droite qui jusqu’alors avaient réussi à détourner nombre de républicains convaincus du vote FN.Une fois encore, le propos de François de Closets est clair et facile à comprendre, on regrettera néanmoins que, comme nombre d’intellectuels auto-proclamés, il se contente d’établir un constat que quiconque, un tant soit peu curieux, est à même de faire, sans pour autant proposer une alternative ou des pistes de changement.CREW.KOOS

0 internautes sur 0 ont trouvé ce commentaire utile.
4un livre qui démasque beaucoup de graves dérives en France
Par Patrick ROBIN
François de Closets dénoncent de nombreuses dérives de notre société. L’hypocrisie de la plupart des politiques et autres catégories sociales qui fabriquent le climat social sont à l’origine d’une situation grave en France que beaucoup ne perçoivent pas tellement ils sont intoxiqués.L’auteur laisse toujours la place à l’espoir et pratique un ton ferme mais toujours mesuré.

Voir tous les 11 commentaires clients…

Telecharger Ebook Gratuit La France à quitte ou double | Ebook | 4.5

Leave a Reply