Telecharger Ebook Gratuit Les fonctionnaires contre l’Etat : Le grand sabotage

Les fonctionnaires contre l'Etat : Le grand sabotage

Telecharger Ebook Gratuit Les fonctionnaires contre l’Etat : Le grand sabotage

Les fonctionnaires contre l’Etat : Le grand sabotage Commentaires clients:

Commentaires clients

Commentaires clients les plus utiles

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile.
3Du vrai mais pas que…
Par lolita
C’est un pamphlet à charge, on en attendait pas moins. Des chiffres beaucoup de chiffres justes mais parfois sortis du contexte et qu’il s’agit de ramener à certaines réalités. Ce qui est vrai c’est que la fonction publique est un mammouth dont il est difficile de faire changer de cap. Des privilèges il y en a et pas qu’un peu (edf, ratp, sncf et j’en passe), du gaspillage il y en a (des projets sans fondements tout juste bons à justifier la place de quelques cadres). Mais de là à tout privatiser, car c’est bien la ligne ultra libérale que l’on nous tient dans ce livre. Certes nous payons beaucoup d’impôts, beaucoup trop, mais on ne voit pas toujours les retours sur investissement comme l’école, la santé, le système de protection sociale, la retraite. Certes tout ça bat de l’aile et nécessiterait de profonds changements, mais de là à vivre comme un américain, ce n’est pas pour moi un doux rêve… Et puis quand on parle des fonctionnaires le néophyte aurait la tentation de tous les mettre dans le même sac. Il y a une différence entre le cadre A d’une mairie qui se cure le nez et le policier dans le 93. Ou l’agent de la sécurité sociale mal léché toujours débordé et l’infirmière au service des urgences. Parlons aussi des catégories C notamment dans la fonction publique territoriale, qui ont le nom mais rien d’autre (salaire miséreux, peu ou pas de perspective d’évolution), certains bossent dur et d’autres sont de véritables feignasses. Moi je serai plutôt pour la fin de l’emploi à vie (mais c’est déjà le cas vu les suppressions de poste et qu’on propose de travailler au fin fond de la France), des objectifs de performance et d’optimisation du travail avec une mutualisation enfin efficace (fini les doublons), la suppression des cat B qui ne sont que des postes tampons) et dans l’idée d’une fonction publique moins chère avec par répercussion moins d’impôts la création d’un super service de contrôle du travail et des impôts comme aux states, faut savoir qu’on a que 3000 inspecteurs pour 40 millions d’actifs, autant dire qu’on a trop d’impôts ce qui tentent beaucoup de monde à gruger, si on devait les baisser il me paraît normal qu’il y est enfin un contrôle performant… Bref instructif, ça se veut rassurant on a l’impression quand virant la moitié des fonctionnaires ça ira mieux, ou pas…

14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile.
5Edifiant et effrayant
Par Amazon Clientèle
Avec un style direct et précis, éloigné de la langue de bois technocratique, Agnès Verdier-Molinié montre comment les intérêts des fonctionnaires et de l’Etat, donc des Français, diffèrent, et la prise d’otage de l’appareil de l’Etat par les intérêts organisés des fonctionnaires. Édifiant et, malheureusement, effrayant quand on voit ou part l’argent des contribuables…Les amateurs de chiffres et d’études précises apprécieront en particulier la grande rigueur apportée à la dimension analytique de l’ouvrage qui, malgré un titre à charge, s’appuie toujours sur les dernières données disponibles, ce qui renforce d’autant la portée du livre et du message de l’auteur.

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile.
4Dommage que ce soit écrit comme un pamphlet
Par Patrick50
On sent la colère de l’auteur contre les abus et les demandes des syndicats de la fonction publique.Et même si l’auteur ne l’écrit pas, la colère larvée contre les hommes politiques qui préfèrent le clientélisme à l’intérêt de l’état.Les français se plaignent de payer trop d’impôts… alors que nous n’en payons pas assez pour couvrir les dépenses de l’état et organismes sociaux.Quand on lit que les prélèvements obligatoires représentent 46% de la richesse nationale (PIB) alors que les dépenses de l’état en font 57%… On voit bien l’écart qui crée cette dette monstrueuse de l’état, des organismes sociaux et des collectivités locales. Et dont le remboursement ne pourra pas se faire sans une spoliation des français et une baisse conséquente du niveau de vie et des biens, ainsi qu’une exode qui a déjà commencé.Or, il n’y a aucun parti libéral en France qui propose de faire ce qu’à réalisé Margaret Thatcher : baisser la dépense publique de 57 à 46% de la richesse nationale et mettre des limites aux nuisances des syndicats. Et elle l’a fait parce qu’il n’y avait plus d’autres alternatives (le gouvernement précédent, socialiste, était placé sous tutelle du FMI). Elle l’a fait avec l’appui du peuple anglais qui l’a élue 3 fois de suite.Quel parti politique oserait proposer de sortir 85% des fonctionnaires du statut, comme l’a fait l’Italie ? Ou de ramener le nombre de fonctionnaires au niveau de l’Allemagne (50 fonctionnaires pour 1000 habitants, alors que nous en avons 90 pour 1000 habitants). Nos partis ont trop l’habitude du clientélisme pour oublier que les fonctionnaires sont aussi des électeurs. Et les syndicats font passer la défense des avantages acquis bien avant l’égalité entre les français.Un pamphlet est écrit dans la colère et génère la colère chez le lecteur.Or la colère est utile quand on peut changer les choses. Or, c’est avec un sentiment d’impuissance qu’on lit ce livre.Je me suis demandé si un ton humoristique n’aurait pas eu plus d’impact ; en parlant avec admiration des « merveilleuses victoires des syndicats de fonctionnaires ».Après tout, quand on ne peut rien faire d’autre que de partir, rire devant la bêtise est la seule chose qui nous reste.

Voir tous les 28 commentaires clients…

Telecharger Ebook Gratuit Les fonctionnaires contre l’Etat : Le grand sabotage | Ebook | 4.5

Leave a Reply