Telecharger Ebook Gratuit Prospérité sans croissance : La transition vers une économie durable

Prospérité sans croissance : La transition vers une économie durable

Telecharger Ebook Gratuit Prospérité sans croissance : La transition vers une économie durable

Prospérité sans croissance : La transition vers une économie durable Commentaires clients:

Commentaires clients

Commentaires clients les plus utiles

67 internautes sur 74 ont trouvé ce commentaire utile.
5Plaidoyer pour une nouvelle économie écologique
Par Emerek
Nos sociétés sont dominées par la croissance économique. Qu’elle soit effective ou que son absence inquiète, l’idée de croissance est l’alpha et l’oméga de l’univers économique. Et quand bien même l’accent serait mis sur ses conséquences négatives, notamment d’ordre environnemental, la prise en compte de ces dernières ne conduit généralement pas à la remise en cause de la croissance, mais passe par la recherche de constructions qui, dans une large mesure, font figure d’oxymore : « croissance verte », « green business », etc.Dans cet ouvrage au style alerte et précis, Tim Jackson s’attaque avec une efficacité remarquable à ce Dieu des temps modernes qu’est la croissance économique.Certes, par le passé les contempteurs n’ont pas manqué. Les Baudrillard, Illich, Gorz, ou, dans un registre assez différent, Georgescu-Roegen ont cherché, souvent avec conviction, à mettre en lumière les effets pervers de la croissance économique ainsi que les limites s’imposant à cette dernière. Cependant, la contribution de Tim Jackson n’est pas redondante vis-à-vis de ces écrits parfois anciens. Elle renouvelle, au contraire, très significativement l’argumentaire en lice. En s’appuyant, en effet, sur des statistiques récentes ou sur des apports analytiques de la vaste littérature traitant du développement durable, l’auteur établit une critique en règle de la croissance et de ses avatars de type « croissance verte ». Il tente alors de fonder une nouvelle économie écologique.Il est possible de repérer trois temps dans le développement de l’auteur :1) La prospérité n’est pas la croissance. Si la corrélation est relativement patente au départ, au-delà d’un certain niveau, l’accumulation de biens matériels n’implique plus une amélioration de certains indicateurs de prospérité (espérance de vie, mortalité infantile, participation à l’enseignement…) ni une augmentation du bonheur ressenti.2) Le « découplage » dont parlent beaucoup les économistes de l’environnement ne semble guère constituer un objectif atteignable. Le découplage est la possibilité de réduire les impacts environnementaux négatifs avec une croissance économique maintenue. En s’appuyant, sur un matériau statistique conséquent, Jackson montre que si le « découplage relatif » – à savoir la baisse de l’impact environnemental par unité produite – est souvent avéré, en revanche le « découplage absolu », autrement dit la baisse de l’impact total en situation de croissance ne se retrouve pas, sauf exception, dans la réalité.3) Dès lors, puisque la croissance économique ne paraît pas pouvoir s’obtenir sans dégradation de l’environnement, mais que de toute façon, la croissance n’est pas le corollaire de la prospérité, il s’agit de promouvoir une prospérité, ne passant pas par la croissance des biens matériels, et qui viserait à la fois la préservation de l’environnement et l’épanouissement des individus. C’est là l’objet de ce nouveau modèle intitulé « macroéconomie écologique » que propose Tim Jackson.Cette nouvelle macroéconomie, qui marque le troisième moment de la thèse, demeure assurément problématique. C’est bien sûr plus un projet à préciser et à mettre en aeuvre qu’un modèle que l’on pourrait comparer avec les schémas économiques dominants. L’auteur, d’ailleurs, le reconnaît aisément. S’il cherche à lui conférer une ossature keynésienne, pour autant, ses caractéristiques précises sont loin d’être stabilisées. Sur un mode quasi humoristique, il écrit : « Alors en quoi peut bien consister l’activité économiquement productive dans cette économie ? La réponse ne saute pas aux yeux. Certainement des ‘services énergétiques’ plutôt qu’un approvisionnement énergétique. À vendre de la mobilité plutôt que des voitures. À recycler, à réutiliser, à faire du leasing peut-être. À donner des leçons de yoga, sans doute, à couper les cheveux, à jardiner (…) » (p. 134) : des composantes qui n’ont rien de très originales, mais dont l’auteur recherche l’articulation sans vaeu de croissance économique nécessaire. Au contraire, Jackson insiste vivement sur le partage du travail : le bien-être de la population passe aussi par moins de travail pour certains et plus pour ceux qui n’en ont pas. Sans grande surprise, le livre met aussi l’accent sur le rôle essentiel des « investissements écologiques ».Une lacune importante de l’ouvrage me semble être l’absence de prise en considération des interactions entre économies au plan international. On ne voit pas très bien d’ailleurs si les préconisations de Jackson visent spécifiquement l’économie du Royaume Uni – ce que laisseraient supposer certains passages – ou concerneraient d’emblée l’économie-monde. Cette omission est vraiment dommageable car comment penser l’émergence d’une économie écologique dans un monde qui ne le serait pas ou comment penser l’instauration d’une économie écologique globale dès lors que certains « partenaires » ne semblent guère tentés par la philosophie sous-jacente (pensons aux Etats-Unis non signataires du Protocole de Kyoto ou les « émergents » avides d’expansion économique)?Il n’en reste pas moins que « Prospérité sans croissance », en s’attaquant efficacement au tabou de la croissance économique, constitue un livre important. Déjà, la version originale a pris une place significative dans les débats socioéconomiques du monde anglo-saxon. Il faut espérer que la version française obtiendra également l’attention qu’elle mérite.

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile.
5Un grand classique!
Par Uneautreéco
Avec son titre “Prospérité sans croissance”, on peut dire que Tim Jackson a mis les pieds dans le plat! Il a ouvert une porte dans le débat sur le lien entre économie et écologie, qui depuis ne s’est jamais refermée.Depuis ce livre, très clair et relativement simple d’accès, il y a désormais une place pour un débat organisé autour de l’idée qu’ “on peut vivre mieux sans croissance”.Sans tomber pour autant dans la décroissance Tim Jackson montre clairement les impossibilités pour les pays riches de croitre indéfiniment. Il explique notamment que le “découplage” est un mythe, c’est à dire que la croissance verte est impossible (il est impossible de découpler la consommation de matière et d’énergie de la production de richesses matérielles).Depuis cet opus, l’auteur peaufine son travail – car certains de ses arguments avaient effectivement sans doute besoin d’être plus travaillés -. Il a d’ailleurs participé récemment à la rédaction du livre “Vivement 2050! Programme pour une économie soutenable et désirable”.Prospérité sans croissance est néanmoins un incontournable, un classique, un livre indispensable dès lors qu’on s’intéresse à la réconciliation entre économie et écologie.

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile.
4Titre fallacieux, contenu honnête et instructif
Par Pierre-Richard Wagrez
Premier paragraphe du chapitre 12:”La société fait face à un profond dilemme. Résister à la croissance revient à risquer l’effondrement économique et social. Rechercher la croissance en permanence revient à mettre en danger les écosystèmes dont dépend notre survie à long terme.”Tim Jackson penche évidemment pour la première option, mais il ne s’en dissimule pas les dangers, il est plus honnête que certains. Cependant le titre “La transition vers une économie durable” est fallacieux dans la mesure où justement Tim Jackson reconnaît qu’il n’existe pas de modèle macroéconomique de l’économie durable. Comment transiter vers un modèle inconnu? Mais que font les économistes? Tim Jackson s’étonne de cette lacune, mais peut-être est-ce la confirmation que cette économie durable n’est encore qu’un mythe dont aucun modèle ne peut valider la faisabilité.Le livre qui décrira de façon crédible “la transition vers une économie durable” est encore à écrire, le contenu de celui-ci est cependant intéressant pour les autres aspects.

Voir tous les 11 commentaires clients…

Telecharger Ebook Gratuit Prospérité sans croissance : La transition vers une économie durable | Ebook | 4.5

Leave a Reply